Book

Street Art-Déco

-

Paire de fauteuils confortables des années 40

Une petite partie de Bridge ?

-

Fauteuil des années 40 recouvert d'un velours inspiré de l'époque Art-déco

The Club in your house !!

-

Fauteuil club entièrement regarnis dans le respect des méthodes traditionnelles et retapissé avec un velours frappé

Louis XVI...

-

Chaises début du  XXème en noyer et fauteuils du XVIIIème et XIXème

Une beauté pour (les fauteuils) Louis Philippe!

-

Divers fauteuils Louis-Philippe recouverts de tissus contemporains et traditionnels 

Vous avez dit Vintage ?

-

Il pleut, il pleut bergère...

-

Prenez une chaise...

-

Le fauteuil PIRATE !

-

Le fauteuil pirate ! C’est l’histoire d’un fauteuil…mais pas un fauteuil comme les autres, non. Un fauteuil pirate…mais pas n’importe quel pirate…un pirate de Loire ! Voici les secrets que ce fauteuil a confié au tapissier de l’atelier du confident…

 

Fréquentée depuis l’Age du fer, la Loire, devient du XVIIe au XIXe siècle, le principal axe économique de France. Il fut un temps où la Loire avait ses mariniers. Les marchandises étaient acheminées dans de longues embarcations appelées gabarres. Le bois, le vin, le sel, mais aussi des hommes traversaient ainsi la France d’est en ouest. Mais qui dit marine dit aussi pirates !

 

Ce fauteuil appartenait à l’un d’eux nommé Achile Greenbeard. Ce pirate avait fait fortune en dérobant aux plus riches marchands, leurs biens et leurs deniers destinés à payer les lourdes taxes et autres droits de passage qu’imposait alors la navigation fluviale de Loire. Achile Greenbeard gardait précieusement les clés de ses coffres, accrochées au bras de son fidèle fauteuil. Mais au cours d’une embuscade, ce fauteuil connu le même destin tragique que son propriétaire boiteux. Achile Greenbeard trouva la mort sous les balles d’un marchand armé, et c’est ainsi que son corps fut retrouvé sur une rive de la Loire bien des mois plus tard… A côté de son corps, on retrouva la carcasse décharnée du fauteuil du pirate. Durant des années, nombreux sont ceux qui acquirent le fauteuil et se mirent à la recherche des coffres en Loire…sans succès.

 

Depuis lors, il fut vendu, puis oublié quelques fois avant de croiser la route du tapissier à qui il fit de l’œil…le seul qui lui restait ! Et c’est ainsi que le tapissier eu l’envie de redonner la vie à ce fauteuil boiteux, aujourd’hui ressuscité, mais qui porte aujourd’hui encore les stigmates de son passé. 

 

Une histoire et au lit !

-

A la reine...

-

C'est la faute à Voltaire...

-